Aller au contenu principal
Bpifrance Création

Préparez-vous à réussir votre création d’entreprise

Structures juridiques : comparaison rapide

Quelle que soit l'activité que vous allez exercer, vous allez devoir faire le choix entre déclarer votre activité en tant qu'entrepreneur individuel ou créer une société.

Les tableaux présentés dans ce document comparent les principales structures juridiques qui s'offrent aux porteurs de projets de création d'entreprise : nombre d'associés requis et étendue de leur responsabilité, montant du capital social, mode d'imposition des bénéfices, régime fiscal et social du dirigeant, etc.

 

Abréviations utilisées

  • EI : entrepreneur individuel 
  • EURL : entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (SARL unipersonnelle)
  • SARL : société à responsabilité limitée
  • SA : société anonyme
  • SAS : société par actions simplifiée
  • SASU : société par actions simplifiée unipersonnelle
  • SNC : société en nom collectif
  • Scop : société coopérative de production

Quel est le nombre d'associés requis ?

Entreprise individuelle

Elle se compose uniquement de l'entrepreneur individuel
(celui-ci peut, bien évidemment, embaucher des salariés).

EURL

1 seul associé (personne physique ou morale)

SARL

2 associés minimum - 100 maximum
(personnes physiques ou morales)

SA (forme classique)

2 associés minimum dans les sociétés non cotées
7 associés minimum dans les sociétés cotées
- pas de maximum
(personnes physiques ou morales)

SAS / SASU

1 associé minimum - pas de maximum
(personne physique ou morale)

SNC

2 associés minimum - pas de maximum
(personnes physiques ou morales)

Scop

2 associés minimum (Scop SAS)
2 associés minimum (maxi 100 pour Scop SARL)
7 associés au minimum (Scop SA)

Association

2 membres minimum - pas de maximum

 
Depuis le 16 février 2022, il n'est plus possible d'opter pour le régime de l'EIRL. Ce régime est remplacé par le nouveau statut de l'entreprise individuelle, en vigueur depuis le 15 mai 2022.

Quel est le montant minimal du capital social ?

Entreprise individuelle

Il n'y a pas de notion de capital social, l'entreprise et l'entrepreneur ne formant juridiquement qu'une seule et même personne.

EURL

Le montant du capital social est librement fixé par l'associé, en fonction de la taille, de l'activité, et des besoins en capitaux de la société.
20 % des apports en espèces sont versés obligatoirement au moment de la constitution, le solde devant être libéré dans les 5 ans.

SARL

Le montant du capital social est librement fixé par les associés, en fonction de la taille, de l'activité, et des besoins en capitaux de la société.
20 % des apports en espèces sont versés obligatoirement au moment de la constitution, le solde devant être libéré dans les 5 ans.

SA (forme classique)

37 000 euros minimum.
50 % des apports en espèces sont versés obligatoirement au moment de la constitution, le solde devant être libéré dans les 5 ans.

SAS / SASU

Le capital est librement fixé par les actionnaires, en fonction de la taille, de l'activité, et des besoins en capitaux de la société.
50 % des apports en espèces sont versés obligatoirement au moment de la constitution, le solde devant être libéré dans les 5 ans.

SNC

Le montant du capital social est librement fixé par les associés, en fonction de la taille, de l'activité, et des besoins en capitaux de la société.
Les apports en espèces sont versés intégralement ou non à la création.
Dans ce dernier cas, le solde peut faire l'objet de versements ultérieurs, sur appel de la gérance, au fur et à mesure des besoins.

Scop

18 500 euros pour les Scop SA et 30 euros pour les Scop Sarl ou SAS.

Association

Il n'y a pas de capital social. L'association perçoit des cotisations de ses membres si la facturation de ses services et les réserves qu'elle a pu constituer s'avèrent insuffisantes.
Les membres peuvent également effectuer des apports en nature, en industrie ou en espèces, avec une possibilité de récupérer les apports en nature à la dissolution de l'association.

Qui dirige l'entreprise ?

Entreprise individuelle

L'entrepreneur individuel est le seul "maître à bord". Il dispose des pleins pouvoirs pour diriger son entreprise.

EURL

L'EURL est dirigée par un gérant (obligatoirement personne physique) qui peut être soit l'associé unique, soit un tiers.

SARL

La SARL est dirigée par un ou plusieurs gérant(s), obligatoirement personne(s) physique(s).
Le gérant peut être, soit l'un des associés, soit un tiers.

SA (forme classique)

La SA est dirigée par un conseil d'administration, comprenant 3 à 18 membres, obligatoirement actionnaires.
Le président est désigné par le conseil d'administration parmi ses membres.
Un directeur général peut également être nommé pour représenter la société et assurer sa gestion courante.

SAS / SASU

La SAS est dirigée par un seul président, personne physique ou personne morale.
Les associés déterminent librement dans les statuts les règles d'organisation de la société.

SNC

La SNC est dirigée par un ou plusieurs gérant(s), personne physique ou morale. Il peut s'agir, soit de l'un des associés, soit d'un tiers.

Scop

Un dirigeant élu par les associés salariés pour 4 ans (6 ans pour les Scop SA).

Association

Son mode de gestion est choisi librement.
L'association est souvent dirigée par un conseil d'administration, qui élit généralement un bureau composé d'un président, d'un trésorier et d'un secrétaire.

Quelle est l'étendue de la responsabilité des associés ?

Entreprise individuelle

L'entrepreneur individuel bénéficie depuis le 15 mai 2022, d'une responsabilité limitée aux biens utiles à l'activité professionnelle, concernant les dettes professionnelles. Sa résidence principale est de droit insaisissable par les créanciers professionnels.
Il bénéficie de la séparation de ses patrimoines personnel et professionnel de manière automatique sans déclaration d’affectation ni état descriptif préalable.

EURL

La responsabilité de l'associé est limitée au montant de ses apports, sauf s'il a commis des fautes de gestion ou accordé des cautions à titre personnel.

SARL

La responsabilité des associés est limitée au montant de leurs apports, sauf s'ils ont commis des fautes de gestion ou accordé des cautions à titre personnel.

SA (forme classique)

La responsabilité des associés est limitée au montant de leurs apports.

SAS / SASU

La responsabilité des associés est limitée au montant de leurs apports.

SNC

Les associés sont responsables indéfiniment, sur l'ensemble de leurs biens personnels, et solidairement.

Scop

La responsabilité des associés est limitée au montant de leurs apports.

Association

Absence de responsabilité des membres non dirigeants.

Quelle est l'étendue de la responsabilité des dirigeants ?

Entreprise individuelle

Responsabilité civile et pénale du chef d'entreprise.

EURL

Responsabilité civile et pénale du dirigeant.

SARL

Responsabilité civile et pénale du ou des dirigeants.

SA (forme classique)

Responsabilité civile et pénale du ou des dirigeants.

SAS / SASU

Responsabilité civile et pénale du ou des dirigeants.

SNC

Responsabilité civile et pénale du ou des dirigeants.

Scop

Responsabilité civile et pénale du ou des dirigeants.

Association

Responsabilité civile et pénale du ou des dirigeants.
La responsabilité peut, dans certains cas, être atténuée lorsque le dirigeant exerce ses fonctions de manière totalement bénévole.

Quel est le mode d'imposition des bénéfices ?

Entreprise individuelle

Il n'y a pas d'imposition au niveau de l'entreprise. Le chef d'entreprise est imposé directement au titre de l'impôt sur le revenu, soit de manière forfaitaire (régime de la micro-entreprise), soit de manière réelle (régime réel d'imposition).
L'entrepreneur individuel soumis à un régime réel d'imposition peut toutefois opter pour l'impôt sur les sociétés.

EURL

Il n'y a pas d'imposition au niveau de la société. L'associé unique est imposé directement au titre de l'impôt sur le revenu (catégorie des bénéfices industriels et commerciaux ou des bénéfices non commerciaux).
L'EURL peut cependant opter pour l'impôt sur les sociétés.

SARL

Les bénéfices sont soumis à l'impôt sur les sociétés.
Il est toutefois possible d'opter pour l'impôt sur le revenu dans le cas de la SARL de famille.
Une option pour l'IR est également possible, sous certaines conditions, pour les SARL de moins de 5 ans.

SA (forme classique)

Les bénéfices sont soumis à l'impôt sur les sociétés.
Une option pour l'IR est possible pour les SA de moins de 5 ans, sous certaines conditions.

SAS / SASU

Les bénéfices sont soumis à l'impôt sur les sociétés.
Une option pour l'IR est possible pour les SAS de moins de 5 ans, sous certaines conditions.

SNC

Il n'y a pas d'imposition au niveau de la société.
Chaque associé est personnellement imposé sur sa part de bénéfices au titre de l'impôt sur le revenu (dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux).
La société peut toutefois opter pour l'impôt sur les sociétés.

Scop

Les bénéfices sont soumis à l'impôt sur les sociétés. Exonération d'IS pour la fraction des bénéfices distribuée aux salariés au titre de la participation et pour celle mise en réserve dans le cadre de la provision pour investissement.

Association

Les associations qui réalisent des bénéfices, dans un but lucratif, sont assujetties à la TVA et doivent acquitter l'impôt sur les sociétés au taux normal.
Les associations sans but lucratif ne sont pas redevables de l'IS de droit commun. Elles bénéficient d'un taux d'IS réduit sur leurs seuls revenus patrimoniaux.
Par ailleurs, les associations sans but lucratif dont les recettes commerciales accessoires n'excèdent pas 60 000 € par an, sont exonérées d'impôts commerciaux : impôt sur les sociétés, TVA, contribution économique territoriale.

La rémunération des dirigeants est-elle déductible des recettes de la société ?

Entreprise individuelle

Non, sauf option pour l'IS.

EURL

Non, sauf option pour l'impôt sur les sociétés ou si le gérant n'est pas l'associé unique.

SARL

Oui, sauf option pour l'impôt sur le revenu.

SA (forme classique)

Oui, sauf option pour l'impôt sur le revenu.

SAS / SASU

Oui, sauf option pour l'impôt sur le revenu.

SNC

Non, sauf option pour l'IS.

Scop

Oui.

Association

Oui, sous certaines conditions.

Quel est le régime fiscal du dirigeant ?

Entreprise individuelle

Soit l'impôt sur le revenu dans la catégorie correspondant à l'activité de l'entreprise, soit dans celle des traitements et salaires (EI à l'impôt sur les sociétés).

EURL

Impôt sur le revenu soit dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux ou des bénéfices non commerciaux (EURL à l'impôt sur le revenu), soit dans celle des traitements et salaires (EURL à l'impôt sur les sociétés).
Depuis le 1er janvier 2017, le gérant associé unique d'une EURL à l'IR peut choisir le régime fiscal de la micro-entreprise.

SARL

Traitements et salaires, sauf si option de la société pour l'impôt sur le revenu.

SA (forme classique)

Traitements et salaires pour le président du conseil d'administration, sauf si option de la société pour l'impôt sur le revenu.

SAS / SASU

Traitements et salaires pour le président, sauf si option de la société pour l'impôt sur le revenu.

SNC

Impôt sur le revenu dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux.

Scop

Traitements et salaires.

Association

Traitements et salaires si une rémunération est versée.

Quel est le régime social du dirigeant ?

Entreprise individuelle

Régime des travailleurs indépendants (non-salariés).

EURL

Si le gérant est l'associé unique : régime des travailleurs indépendants (non-salariés).
Si le gérant est un tiers : assimilé-salarié.

SARL soumise à l'IS

Gérant minoritaire ou égalitaire : assimilé-salarié.
Gérant majoritaire : travailleur indépendant (non-salarié).

SA (forme classique) soumise à l'IS

Le président est assimilé-salarié.
Les autres membres du conseil d'administration ne sont pas rémunérés pour leurs fonctions de dirigeants et ne relèvent par conséquent d'aucun régime social.

SAS / SASU soumise à l'IS

Le président est assimilé-salarié.

SNC

Régime des travailleurs indépendants (non-salariés).

Scop

Les dirigeants mandataires sociaux sont assimilés à des salariés notamment au regard de l'assurance chômage.

Association

Les dirigeants sont assimilés-salariés, sous certaines conditions.

Quel est le régime social des associés ?

Entreprise individuelle

Il n'y a pas d'associé.

EURL

Régime des travailleurs indépendants (non-salariés).

SARL soumise à l'IS

Régime des salariés (s'ils sont titulaires d'un contrat de travail).

SA (forme classique) soumise à l'IS

Régime des salariés (s'ils sont titulaires d'un contrat de travail).

SAS soumise à l'IS

Régime des salariés (s'ils sont titulaires d'un contrat de travail).

SNC

Régime des travailleurs indépendants (non-salariés).

Scop

Régime des salariés (s'ils sont titulaires d'un contrat de travail).

Association

Les membres de l'association non dirigeants peuvent être titulaires d'un contrat de travail.

Qui prend les décisions ?

Entreprise individuelle

L'entrepreneur individuel seul.

EURL

Le gérant. Il est toutefois possible de limiter ses pouvoirs s'il n'est pas l'associé unique.

SARL

Les décisions de gestion courante sont prises par le gérant.
Les décisions dépassant les pouvoirs du gérant sont prises en assemblée générale ordinaire (par exemple : l'approbation des comptes annuels).
Les décisions modifiant les statuts sont prises en assemblée générale extraordinaire (par exemple : le changement de siège social, la modification de l'activité).

SA (forme classique)

Les décisions de gestion courante sont prises par le directeur général ou, s'il n'en existe pas, par le président.
Assemblées générales ordinaires et extraordinaires : mêmes règles de compétence que dans les SARL.

SAS / SASU

Les associés déterminent librement dans les statuts les modalités d'adoption des décisions. Certaines décisions doivent cependant être obligatoirement prises collectivement (approbation des comptes, modification du capital).

SNC

Les règles applicables sont les mêmes que pour une SARL.

Scop

Les délibérations sont votées en assemblée générale selon la règle 1 associé = 1 voix, quel que soit le montant de l'apport en capital de chacun.

Association

Liberté contractuelle.

La désignation d'un commissaire aux comptes est-elle obligatoire ?

Entreprise individuelle

Non

EURL

Non sauf si 2 des 3 conditions suivantes sont remplies :

- le bilan est supérieur à 4 000 000 €,
- le CA HT est supérieur à 8 000 000 €,
- l'entreprise compte plus de 50 salariés.

SARL

SA (forme classique)

SAS / SASU

SNC

Scop

Association

Non, sauf exceptions (lorsque le montant des subventions reçues par l'association dépassent un certain seuil).

Avec l'entrée en vigueur de la loi Pacte du 22 mai 2019, la nomination d’un commissaire aux comptes n’est plus obligatoire lorsque la SAS contrôle une autre société, et/ou est contrôlée par une autre société. On entend par contrôle un contrôle exclusif (qui concerne plus de la moitié de droits de vote) ou un contrôle conjoint (contrôle par un nombre limité d’associés). 

Comment transmettre l'entreprise ?

Entreprise individuelle

- Par cession du fonds (artisans et commerçants) ou présentation de la clientèle (professions libérales).
- Possibilité d'apporter les éléments constituant l'entreprise au capital d'une société en création ou de confier l'exploitation de l'activité à un tiers (location-gérance).

EURL

Par cession de parts sociales.

SARL

Par cession de parts sociales.

SA (forme classique)

Par cession d'actions sauf clause contraire des statuts.

SAS / SASU

Par cessions d'actions.

SNC

Par cessions de parts à l'unanimité des associés.

Scop

Par cession de parts sociales.
Les parts sociales sont cédées à leur valeur nominale d'achat.

Association

-----------------

juillet 2022
Publicité