Aller au contenu principal
Bpifrance Création

Préparez-vous à réussir votre création d’entreprise

Comment élaborer mon montage financier ?

L'objectif du montage financier est de déterminer l'ampleur des ressources à mobiliser pour mettre en oeuvre le projet de reprise et de vérifier sa viabilité.

Par quoi commencer ?

En tant que repreneur d'entreprise vous êtes à la fois un créateur d'entreprise (surtout si c'est sa première expérience en tant que chef d'entreprise) et un chef d'entreprise en puissance qui vous amène à une double préoccupation :

- en tant que créateur, il vous faut  répertorier l'ensemble des dépenses auxquelles l'entreprise devra faire face lorsqu'elle sera en activité sous votre autorité
- en tant que chef d'entreprise en puissance, vous devez vérifier chacune des dépenses et des recettes déjà réalisées par l'entreprise que vous reprenez et partir de l'existant pour établir ses plans de financement.

Cette double casquette a des avantages (les chiffres sont connus, pour la plupart, ce qui facilite la recherche de financement externe) mais aussi des inconvénients (les plis sont pris et il est difficile de changer ou de modifier un cap de manière rapide).

Parallèlement à la bonne marche de l'entreprise, vous allez devoir vous pencher également sur un élément totalement absent dans la création d'entreprise mais essentiel dans la reprise : le prix d'acquisition de l'affaire.

Le financement de la reprise comporte donc deux volets :

- le financement de l'achat,
- le financement de l'activité.

Le montage à réaliser inclut ces deux composantes dans les tableaux prévisionnels à établir pour réaliser votre projet de reprise d'entreprise.

Bon à savoir : le montage est fortement influencé par le montage juridique. Il sera différent selon que l'entreprise sera reprise en entreprise individuelle ou en société.

Quels tableaux prévisionnels utiliser ?

Les tableaux prévisionnels répondent à 4 grandes questions :

1 - Quels sont les capitaux nécessaires pour lancer le projet ? Est-il possible de les réunir ?
La réponse se trouve dans le plan de financement initial de l'entreprise individuelle ou de la société

2 - Quel est le montant minimal de ventes/prestations à atteindre pour faire face à toutes les charges de l'exercice ?
Calculer le seuil de rentabilité  (ou "point mort"s'il est exprimé en nombre d'années) permet de répondre à cette question.

3 - L'activité de l'entreprise va-t-elle générer un montant de recettes suffisant pour couvrir les charges entraînées par les moyens humains, matériels et financiers mis en œuvre ? En d'autres termes, le projet sera-t-il rentable ?
La réponse est dans le compte de résultat prévisionnel

4 - Les recettes encaissées par l'entreprise tout au long de l'année permettront-elles de faire face en permanence aux dépenses de la même période ?
C'est le plan de trésorerie qui,  mois par mois,  permettra de mettre en évidence l'équilibre ou le déséquilibre entre encaissements et décaissements.

Un conseil : penser à établir un prévisionnel des charges et recettes personnelles pour établir un plan de financement personnel prévisionnel.

Comment procéder ?

  • Concrètement, il faut partir de l'analyse interne de l'entreprise ciblée et voir :

- si les ressources affectées à chaque fonction de l'entreprise sont bien adaptées aux nouveaux objectifs,
- et si ces ressources sont en quantité suffisante.

Les choix opérationnels sont ensuite traduits sous la forme habituelle des tableaux prévisionnels (compte de résultat et plan de financement).

Attention : le risque est de ne prendre en compte que le prix d'acquisition en oubliant les coûts induits par le plan de reprise (investissements complémentaires, embauches éventuelles, communication et publicité, réaménagement des locaux, etc.) 
  • Les tableaux financiers peuvent être présentés à deux niveaux :

- au niveau de l'entreprise  : ils font partie du plan d'affaires (business plan),
- au niveau de l'acheteur : ils recouvrent le financement de l'acquisition et le plan de financement personnel.

  • La démarche consiste à :

1 - Déterminer les montants de capitaux nécessaires aux montant de la transaction proprement dite, aux frais annexes (avocats, audit, droits, etc.) et au renforcement de la trésorerie de l'entreprise.

2 - Mettre en regard les ressources que le repreneur va devoir mobiliser.

3 - Programmer leur remboursement dans le temps.

janvier 2019