Aller au contenu principal
Bpifrance Création

Préparez-vous à réussir votre création d’entreprise

Quel est le marché de la reprise aujourd'hui ?

Le marché de la reprise d’entreprise est loin d'être aussi important que ce qui est généralement annoncé. Si l'âge des dirigeants peut laisser supposer qu'il y aura un potentiel de l'ordre de 600 000 entreprises à céder dans les dix prochaines années, il faut être conscient d'un certain nombre de limites.

Quelques chiffres clés

Chiffres clés du marché de la reprise d'entreprise

L'entreprise est elle "reprenable" ?

  • Certaines sont intimement liées à leur dirigeant, ce qui les rend difficilement transmissibles.
  • D'autres sont "vieillissantes" : carnets de commandes affaiblis, investissements non renouvelés, personnel qualifié en instance de départ ou déjà parti, etc.
Bon à savoir : selon certains experts, 50 % de ces entreprises auraient ainsi perdu leur valeur marchande.

Le marché est souterrain et confidentiel

En dehors de la cession des fonds de commerce, de magasins et de certaines activités artisanales, qui bénéficient d'une large publicité, les offres de cession sont souvent "cachées" pour plusieurs raisons :

  • Par manque de temps du cédant : gérer un processus de vente prend du temps, qui s'ajoute à son activité quotidienne. Le cédant ne souhaite donc pas être submergé de demandes non filtrées.
  • Par souci de préserver l’entreprise de rumeurs susceptibles de la fragiliser auprès de ses clients et de ses salariés.
  • Parce que les bonnes affaires trouvent généralement un acquéreur dans l'entourage proche du cédant : famille, salariés, autre société, concurrent, client, fournisseur.
Bon à savoir : hormis pour les petites entreprises commerciales et artisanales, moins exposées aux difficultés liées à la confidentialité, il n'existe pas de marché organisé permettant un rapprochement global de l'offre et de la demande.

Le marché de la reprise est déséquilibré

  • Au niveau géographique : les repreneurs sont concentrés dans les grandes agglomérations, alors que de nombreux fonds de commerce sont à céder en zones rurales.
  • Entre l’offre et la demande : la grande majorité des entreprises à céder sont des très petites entreprises (TPE) comptant moins de 5 salariés. Or, un grand nombre de repreneurs sont à la recherche d'entreprises de plus de 10 salariés.

On trouve peu d’intermédiaires pour les TPE

Si l’on trouve beaucoup de professionnels pour les PME d'une certaine taille (plus de 5 M€ de chiffre d'affaires), ainsi que pour les cessions de baux commerciaux et de fonds de commerce, peu s'intéressent aux TPE.

janvier 2019