Aller au contenu principal
Bpifrance Création

Préparez-vous à réussir votre création d’entreprise

DAF externalisé : et si c’était la formule qu’il vous fallait ?

Mars 2022

Dans la vie d’une entreprise, quels moments stratégiques se prêtent à l’intervention d’un DAF externe ? 

Thibault Salou : Le DAF peut être sollicité de manière ponctuelle. Il est très utile dès le démarrage, car il permet notamment de faire des modélisations prévisionnelles, d’élaborer un business plan, de réaliser un plan de financement et de trésorerie. Ensuite, il est souvent sollicité dans les phases de croissance. Il peut ainsi être stratégique de se faire accompagner par un DAF avant une levée de fonds. Cela permet d’améliorer le reporting et la transparence de l’entreprise, c’est très apprécié des investisseurs. D’ailleurs, bon nombre de startups que nous accompagnons nous sont adressées par leurs investisseurs ou par des incubateurs.

Le DAF est-il nécessaire dans une startup ou une PME ? 

TS : Là encore, cela va être fonction de la maturité et des besoins de transformation de la société. Aujourd’hui, les entreprises recourent à de nombreux outils digitaux différents, par exemple pour gérer l’édition de factures, les dépenses, le démarchage commercial… Des outils et des process qui ne sont pas toujours harmonisés, ce qui fait courir un risque de qualité sur la donnée. Le DAF peut justement être sollicité pour organiser et harmoniser la gestion opérationnelle courante de l’entreprise, ce qui favorise la croissance.

Pourquoi externaliser la fonction de DAF ?  

TS : La fonction financière est un des quatre piliers de ce qui fait une société, aux côtés du commercial, du produit et des ressources humaines. L’émergence de cabinets externes et de modes de travail en temps partagé permet aux entreprises de monter en compétences sur chacun de ces piliers, sans avoir besoin de créer un poste. Cela favorise l’émergence de business model solides et limite le risque de défaut. Mais ce n’est pas la seule raison. Dans un souci de flexibilité et de coûts également. Dans notre cas, derrière l’externalisation, il n’y a pas une seule personne, mais un cabinet. Nous sommes spécialisés dans l’accompagnement des startups. Nous disposons donc d’une véritable expertise sur le sujet et sommes à même d’apporter rapidement des solutions à des problématiques spécifiques aux startups.

Et dans quel cas vaut-il mieux internaliser la fonction de DAF ?

TS : Nous allouons à nos clients un temps fixe dans la semaine ou le mois, en fonction de leurs besoins. A partir de deux jours par semaine, il convient d’envisager une internalisation de la fonction, et nous pouvons bien sûr accompagner cette transition.

Quels conseils pour une collaboration réussie ?  

TS : L’implication du dirigeant est essentielle. Souvent, c’est lui qui occupait jusque-là la fonction de DAF de manière informelle. L’objectif est donc de lui dégager du temps afin qu’il puisse se concentrer sur son cœur de métier. Ensuite, il est important de pouvoir parler avec toutes les parties prenantes, les assistants de gestion et administratifs comme les experts comptables, car ils seront les premiers concernés par les changements d’outils. Enfin, les missions confiées au DAF externe doivent être pensées en amont. Compte tenu du coût que cela représente, il est important de lui confier des tâches à forte valeur ajoutée.