Aller au contenu principal
Bpifrance Création

Préparez-vous à réussir votre création d’entreprise

L’exemple de la newsletter Voxe : comment créer un média en ligne et fidéliser son audience ?

Septembre 2021

Voxe, d’un projet associatif à un média Pure Player  

Pour le moment, la Newsletter journalière baptisée "la Quotidienne" et qui constitue l’offre principale du média, compte plus de 25 000 abonnés et un taux d’ouverture très élevé avec plus d’une abonnée sur deux qui la lit chaque jour.  "Les indicateurs sont réellement très bons et le taux de clic montre un réel engagement du lectorat de la Quotidienne." explique la fondatrice.  

"Quand on a créé Voxe, nous avions une idée, un objectif, informer les citoyens d’une façon neutre pour qu’ils puissent être actifs dans la vie politique." Si le média Voxe est aujourd’hui une newsletter à destination des jeunes actives, l’entreprise a commencé en tant qu’association en 2012 avec un comparateur de programmes politiques dans le cadre des élections présidentielles. C’est seulement en 2014 que le projet s’est converti en entreprise. "L’histoire de la création de Voxe est provoquée par un hasard. En 2014, Xavier Niel, Jacques-Antoine Granjon et Marc Simoncini organisaient un concours pour récompenser 101 start-ups, nous voulions y participer, nous avons alors créé Voxe en tant qu’entreprise ! Au début, notre solution technique de comparaison de programme était intégrée à des médias de référence comme Le Monde, Rue89, l’Express, etc. Ensuite, nous sommes devenus un média à part entière." ajoute la fondatrice. 

Le secret d’un média réussi : travailler avec sa cible   

Le passage d’une Civictech à un média indépendant s’est fait en étudiant soigneusement la cible. « Nous avons regardé qui utilisait nos comparateurs de programme. Le cœur de cible était jeune et majoritairement féminin (70 % de femmes). Nous avons créé Voxe avec nos lectrices. Nous leur avons demandé et nous leur demandons régulièrement quels sujets elles affectionnent, ce qu’elles veulent lire, leur vision sur tel ou tel débat. Nous recevons quotidiennement des mails de la part de notre lectorat qui demande des nouvelles, exprime des besoins, suggère des idées etc. », souligne la dirigeante.  

Aujourd’hui en plus de la newsletter quotidienne gratuite, Voxe propose une offre premium, des dossiers approfondis, des ateliers d’écriture, des conférences avec des femmes aux carrières inspirantes. « L’offre premium est née de la proximité avec notre public. Nous leur avons proposé un programme de co-coaching qu’on appelle “boostcamp”,elles en ont demandé un deuxième ainsi que d’autres contenus premium. Elles ont toujours participé à notre proposition d’offre. Voxe est aussi un média qui s’est fait connaître par recommandation. Nos lectrices sont nos meilleures ambassadrices », explique Léonore de Roquefeuil.

La newsletter, média de l’intime  

Pour la fondatrice, le secret de la fidélité des lectrices se trouve aussi à la fois dans l’intimité du média utilisé et dans le ton éditorial. "La Newsletter est le média de l’intime. Pour accepter d’en recevoir tous les jours, il faut que le contenu soit intéressant et pertinent. Notre méthode est inspirée de notre expérience passée avec les chabots. Ayant beaucoup travaillé dessus nous avons appris à être dans la tête de quelqu’un et à concevoir le contenu sur un mode conversationnel. Nous parlons à nos lectrices comme nous parlons à Chloé, notre amie imaginaire qui représente notre cœur de cible."

Voxe dans sa forme de média indépendant est pourtant un produit né confiné qui a su composer avec un contexte de création difficile. "Nous avons lancé la quotidienne un mois avant le confinement et nous avons appris à vivre avec." Pour Léonore de Roquefeuil, être un média sous forme de newsletter née en plein confinement était un pari risqué "Nous avons commencé avec une trésorerie qui nous assurait la continuité sur six mois. Pour garantir une certaine pérennité nous avons directement fait de la publicité. Au début, nous le proposions gratuitement aux marques qui nous versaient un pourcentage du chiffre d’affaires venant de notre part et qui se sont très vite aperçues de l’intérêt de notre audience, certes petite à l’époque, mais très engagée. C’est ensuite que nous avons monétisé l’écriture et la publication. C’est ce que nous conseillons aux jeunes médias à leurs débuts pour recruter des annonceurs", ajoute la dirigeante de Voxe.