Aller au contenu principal
Bpifrance Création

Préparez-vous à réussir votre création d’entreprise

Entretien avec Mireille Garolla, repreneuse d'une société de conseil en transition professionnelle

Mai 2012

Pouvez-vous nous présenter Group'3C ?

Group'3C est une société de conseil en transition professionnelle de 1M € de Chiffre d'Affaires, avec 4 associés minoritaires, positionnée sur un marché de niche. Ses deux domaines d'intervention principaux sont : 1. Le repositionnement professionnel, outplacement, bilan de carrière… Nous conseillons les particuliers dans leurs différents projets professionnels pour retrouver un poste, créer ou reprendre une entreprise. L'accompagnement se poursuit jusqu'à ce que la personne ait retrouvé une situation correspondant à ses aspirations. 2. Le Coaching, qui consiste à accompagner un manager dans l'exercice de ses responsabilités : prise de fonction, début d'une mission, lancement d'un projet, changement de stratégie…

Pourquoi ce projet de reprise ?

Après un début de vie professionnelle très intense qui m'avait menée à un poste de direction générale dans un groupe de services B to B international, j'ai décidé en 2003 de mettre ma carrière entre parenthèses pour élever mes 2 enfants. J'ai donc pris à ce moment un poste de secrétaire générale d'un cabinet d'avocats d'affaires parisien. Après cette pause, retrouver un poste de direction équivalent à celui que j'occupais précédemment s'est avéré très difficile. J'en ai conclu qu'il fallait que je crée moi-même mon poste. J'ai hésité un moment entre la création et la reprise, pour opter en définitive pour la reprise. Après un départ un peu brouillon, consacré à des études de marché et à des essais de formation courte auprès de divers prestataires, puis à 3 longs mois passés seule à chercher des opportunités sur le web et auprès d'intermédiaires, j'ai bien dû admettre que c'était un échec complet, et assez traumatisant. J'ai compris alors qu'il fallait avant tout que j'apprenne ce qu'est le marché de la reprise, que j'en acquière le vocabulaire et que je révise quelques techniques financières un peu empoussiérées au fonds de ma mémoire. Tout naturellement, je suis arrivée au CRA.

Comment avez-vous mené votre recherche d'entreprise à reprendre ?

Après mes premières expériences ratées et sur les conseils du CRA Formation, j'ai décidé que ma recherche serait un travail à temps plein. J'ai mis au point 2 techniques de recherche que j'utilise aujourd'hui pour mes clients chez Group'3C : 1. Le ciblage, non pas par domaine d'activité, mais selon la transférabilité des compétences et de l'expérience, ce qui permet d'augmenter le champ des recherches possibles, 2. L'activation du réseau, comme je l'aurais fait pour une recherche d'emploi. C'est là la technique la plus efficace dans les marchés de niche comme celui de la reprise. Dans cette phase très intense, je me suis fortement appuyée sur mon parrain du CRA, qui me rencontrait tous les 15 jours pour faire un point sur mes recherches et me conseiller. Faire partie d'un groupe de repreneurs m'a également beaucoup aidé. La recherche est souvent une activité solitaire, et le groupe permet de se rassurer, de se confronter aux autres et de voir que les mêmes difficultés sont partagées par tous.

Quels étaient vos critères ?

Je me suis fixée très tôt un cadre précis définissant mon type de reprise : 1. Une prise de participation très majoritaire. 2. Pas de recours aux financements bancaires ou aux fonds d'investissement. 3. Société localisée à Paris. J'ai également décidé de ne pas faire appel à des professionnels de la reprise pour m'accompagner, parce que je ne voulais pas déléguer à des tiers des tâches essentielles que je considérais devoir faire moi-même. En revanche, j'ai misé sur une équipe d'experts très solide (avocat, expert-comptable), constituée de personnes que je connaissais de longue date et avec lesquelles j'ai pu travailler dans une grande relation de confiance.

Combien de temps a duré cette période ?

La formation du CRA et la méthodologie adoptée m'ont permis d'avoir une démarche de recherche extrêmement rapide et efficace. En 6 mois, j'ai étudié plus de 35 dossiers de cibles potentielles en travaillant sur plusieurs secteurs d'activité en parallèle. J'ai eu la chance d'avoir connaissance de la disponibilité de Group'3C avant même que la société ne soit mise sur le marché, ce qui m'a permis de faire une offre rapidement et sans trop de concurrence.

Pouvez-vous nous parler dela phase de négociation avec le cédant ?

Group'3C, de ce point de vue, est un cas très particulier. En effet, j'achetais une société de conseil qui, certes, avait une méthodologie professionnelle structurée et une visibilité certaine sur son marché, mais sans aucun client récurrent. La valorisation s'apparentait donc à un coup de poker. Tout dépendait de ma relation avec le cédant et de la bonne volonté de celui-ci à me positionner dans ses réseaux et à m'apprendre mon nouveau métier. En conséquence, j'ai choisi une durée d'accompagnement de 18 mois et un paiement en trois fois en fonction de l'avancement de mon apprentissage. Tous les risques anticipés lors de l'analyse du dossier se sont avérés dans les faits. La formation du CRA et l'analyse du dossier m'ont permis de garder la tête froide dans les 100 premiers jours de la reprise, alors que les difficultés et les tensions apparaissaient.

Quelle est votre recommandation aujourd'hui ?

Aujourd'hui, je dirige la société en solo depuis janvier 2012. J'ai structuré à la fois l'offre et l'équipe de personnes sur laquelle j'ai choisi de m'appuyer. Si c'était à refaire, je le referais exactement de la même façon. Mon conseil aux futurs repreneurs : ne surtout pas hésiter à sortir, rencontrer des gens et regarder tout ce que l'on vous propose. Petit à petit vous définissez plus précisément ce que vous recherchez et restez dans une dynamique de recherche extrêmement positive.