Aller au contenu principal
Bpifrance Création

Préparez-vous à réussir votre création d’entreprise

Grâce à Gilles Lapierre, le football a sa plateforme

Novembre 2016

ave;s un parcours

entrepreneurial aussi riche, qu'est-ce qui vous a donné le déclic pour vous lancer dans le crowdfunding ?

Le sport, c'est ma passion depuis que je suis jeune. Je pratique l'alpinisme et le football amateur et j'ai toujours eu envie de m'investir professionnellement dans ce milieu. Mon cœur de métier étant le contrôle de gestion et le financement des entreprises, je me suis naturellement intéressé au développement du crowdfunding  qui a pris son essor ces dernières années et qui offre des perspectives très intéressantes pour les entreprises et les associations en recherche de financement.  Pendant deux années, j'ai ainsi observé l'écosystème du financement participatif et me suis focalisé sur une hyper spécialisation, celle du financement de projets dans le domaine du football et plus particulièrement ceux portés par les clubs amateurs.

N'existe-t-il pas déjà de nombreuses plateformes dans le domaine du sport ?

Si, il en existe effectivement de nombreuses positionnées sur le créneau du sport en général, mais très peu sur celui du football en particulier. Ce qui différencie Footding, c'est, d'une part, son cœur de cible - les clubs de football professionnels, semi-professionnels et les milliers de clubs amateurs que compte notre pays - et, d'autre part, les services de proximité qu'elle leur propose.Du fait de la réduction des subventions accordées aux clubs, Footding permet de solliciter les fans de foot pour acheter une tondeuse à gazon, des maillots, restaurer une buvette, rénover un stade, emmener des jeunes voir un grand match... tout est envisageable.  

Votre plateforme est-elle opérationnelle ? Comment allez-vous procéder pour la faire connaître ?

Oui, elle est opérationnelle et les premières campagnes de financement participatif vont démarrer très prochainement. Parallèlement, je continue mon démarchage (prospection, phoning, mailing). Je communique sur Facebook et j'ai créé une newsletter à l'intention des clubs et des supporters.

Quelles difficultés pensez-vous rencontrer dans les prochains mois ?

La principale difficulté va être de constituer mon réseau de commerciaux pour démarrer une large prospection et acquérir rapidement une notoriété. J'utilise pour cela les réseaux sociaux et j'ai ouvert une page sur le site de Pôle Emploi.

Quel statut juridique avez-vous choisi ?

J'ai choisi de créer une SAS (société par actions simplifiée), d'une part pour la souplesse qu'offre cette forme juridique en cas de développement de mon entreprise par l'entrée de nouveaux associés et, d'autre part, pour l'image de startup qu'elle véhicule et qui correspond bien à mon ambition.

Comment avez-vous financé votre projet ?

Mon premier tour de table, je l'ai fait en sollicitant ma famille et mes amis, ce que l'on appelle la Love money. Dix proches sont ainsi entrés au capital de ma société. Et j'ai ensuite obtenu un prêt d'honneur d'Initiative Pays de Martigues, membre d'Initiative France, qui a cru en mon projet.

Comment votre plateforme fonctionne-t-elle ?

Il existe 3 types de plateformes : les plateformes de dons, les plateformes de prêts et les plateformes d'investissements. Ma plateforme correspond à la première catégorie. Les supporteurs donateurs recevront de la part des clubs, en remerciement de leurs dons, des contreparties (invitations, maillot dédicacé, ballon signé par les joueurs, poster de l'équipe, etc.) Footding va se rémunérer par une commission de succès, c'est-à-dire uniquement si les campagnes de financement des projets football sont réussies. Il n'y a donc aucun risque pour les clubs qui font appel à ses services.

Prévoyez-vous des rentrées publicitaires ?

En effet, dans le cadre du développement de notre business model, nous prévoyons, à moyen terme, d'ouvrir la plateforme à quelques annonceurs publicitaires.

Quels sont les ingrédients à réunir pour qu'un projet comme le vôtre puisse voir le jour ?

Une volonté farouche, de la ténacité, de la curiosité, un intérêt majeur pour le secteur dans lequel on crée, des compétences… et un énorme investissement en temps.

Propos recueillis par Céline Arsac en octobre 2016

Pour aller plus loin : Le financement participatif ou crowdfunding, sur le site AFE