Techniques de créativité pour trouver une idée de création d'entreprise

Chacun possède la capacité de trouver une nouvelle idée pour lancer son entreprise, à condition d’accepter de sortir des sentiers battus. Se libérer des normes, des habitudes ou encore des règles établies ouvrent les portes de l’imagination. Cela peut sembler abstrait, à première vue, mais munis de techniques dites "de créativité", vous pourrez vous affranchir de ce cadre et aller au bout de votre idée.

Le "brainstorming"

La technique du brainstorming, que l'on peut traduire littéralement par "remue-méninges", consiste à produire spontanément le plus grand nombre possible d'idées sur un sujet donné. Vous pouvez le faire seul mais il est vivement recommandé de le faire en groupe pour maximiser sa productivité.

Pour garantir son efficacité, évitez de :

  • vous retenir ;
  • vous soucier de leur réalisme...dans un premier temps ;
  • faire des critiques non-constructives, des interprétations ou des justifications.

Le principe est de laisser libre cours à vos pensées, de privilégier la quantité plutôt que la qualité. Les idées les plus fantaisistes sont donc les bienvenues. Imaginez des "associations", des améliorations, des combinaisons avec des idées préalablement émises.

La sélection intervient ultérieurement, lors de la phase de validation (dans le cadre de la méthodologie de création d'entreprise). En effet, il est contre-productif de produire des idées et de les évaluer en même temps.

D'un point de vue pratique, si vous avez opté pour un brainstorming en groupe, l'un de vous devra prendre le rôle d'animateur et inscrire sur un tableau chaque idée émise, aussi farfelue soit-elle. Cela permet de garder une trace, de revenir sur une idée et de réfléchir, chacun à son rythme. 

Chacun doit rester concentré sur l'exercice et ne formuler que des idées.

L'animateur a donc pour rôle de restituer clairement les idées sur le tableau, de s'assurer que chacun est libre de s'exprimer sans se sentir jugé. Enfin, il doit stimuler l'assemblée en relançant individuellement les participants.

Le brainstorming est souvent réalisé à l’oral. La technique similaire à l’écrit, le brainwriting consiste pour les participants à noter leurs idées sur papier (ou post-it©). 

Après quelques minutes de réflexion, chaque participant transmet son idée à son voisin, qui la développe à partir de ce qui est écrit, et ainsi de suite. 

La "Défectuologie"

Cette technique, génératrice d'idées, consiste à adopter une attitude critique en prenant conscience des insatisfactions existantes dans l'usage d'un produit, dans le recours à un service ou dans le fonctionnement d'une institution.
L'objectif est d' améliorer, voire de perfectionner à l'extrême un sujet étudié.

Cela nécessite, au préalable, de faire un brainstorming pour :

  • recenser tous les défauts, inconvénients ou faiblesses d'un produit ou d'un service ;
  • les classer en fonction de certains critères ;
  • puis rechercher des solutions d'amélioration ou de suppression de ces éléments insatisfaisants.
Aspect du produit
  • Forme
  • Volume
  • Poids
  • Design
  • Niveau de gamme
  • Impression ou sensation procurée à la vue du produit...
Usage
  • Commodité (mode d'emploi, apprentissage, facilité d'utilisation, …) 
  • Dangerosité
  • Solidité
  • Réutilisation, etc.
Utilité
  • Efficacité : satisfaction totale du besoin ?
  • Possibilité d'étendre la satisfaction au besoin en amont ou en aval ?
  • Combinaison possible et pertinente avec autre chose ? Etc.
Conditionnement
  • Format adéquat ?
  • Packaging adapté ?
  • Protection efficace ?
  • Recyclage de l'emballage ? Etc.
Accessibilité
  • Canal de distribution adapté ?
  • Lieux de vente bien choisis ?
  • Horaires ?
  • Souplesse (ex : obligation d'un abonnement ?)
  • Délais pour obtenir ou disposer du produit ou service ? Etc.
Prix
  •  Coût adapté ?
  •  Rente de situation du fournisseur ? 
  •  Possibilité de réduire le prix ? 
  •  Transparence et simplicité des tarifs ?
  •  Autres conditions financières ? Etc.

Conséquences de

l'utilisation

  •  Maintenance
  •  Garantie
  •  Pollution
  •  Recyclage
  •  Problème de déchets
  •  Consommables, etc.
Autres "défauts"
possibles  
  • Fiabilité
  • Nécessité de détenir une installation /source fixe d'énergie /appareillage, etc.)
  • Assujettissement à une réglementation
  • Limitation de l'offre à certains types de clients (démocratisation ?)  
  • Impossibilité de fidéliser le client
  • Service ne pouvant être vendu seul (dépendant d'un matériel, d'un autre service, etc.)
  • Image déplorable du produit /service
  • Vente limitée à certains milieux (mode de vie, de mœurs, etc.)
  • Produit "concurrent indirect" gênant
  • Inconstance dans la qualité du service, etc.
Télécharger le document de présentation de la défectuologie (en format pdf)

Le "Concassage"

Cette technique de créativité permet de libérer totalement l'imagination par rapport à l'objet ou au service étudié en travaillant autour d’une liste de verbes d'action.

Au préalable, vous devez réaliser une description précise de l'objet ou du service en prenant en compte ses aspects techniques, fonctionnels et sociologiques.

Appliquez ensuite la technique du "brainstorming" pour chercher des idées à partir des verbes : augmenter, diminuer, combiner, inverser, modifier et sensibiliser.

Cette association entre un verbe et un produit/service permet de favoriser l'émergence d'une idée :

  • d'amélioration de ce produit ou service ;
  • de produit ou service de substitution.
Augmenter
  • Augmenter le poids, le volume, les dimensions
  • Augmenter le prix, la durée d'usage
  • Rendre l'emploi plus fréquent
  • Élargir l'usage, le généraliser
  • Augmenter la signification, la portée sociale
  • Ajouter des fonctions, des accessoires
  • Perfectionner, habiller, décorer
  • Donner un nom, une histoire
  • Augmenter les qualités, la fiabilité, la beauté, la commodité
Diminuer
  • Opérations inverses aux précédentes
Combiner
  • Avec un objet remplissant une fonction en amont
  • Avec un objet remplissant une fonction en aval
  • Avec un objet d'un "voisinage" habituel
  • Avec un objet qui n'a aucune relation avec celui étudié
Inverser
  • Renverser, mettre le bas en haut
  • Inverser la structure
  • Inverser la hiérarchie 
  • Inverser l'usage 
  • Prendre la chronologie à rebours
  • Réaliser "l'anti-objet"
Modifier
  • Changer les moments et les lieux de l'usage
  • Changer l'usage, changer l'usager
  • Trouver un autre principe de solution
  • Changer les matières, les formes, les couleurs
  • Faire ressembler le produit à autre chose
  • Se servir d'autre chose pour le même usage
  • Employer une autre source d'énergie
  • Rendre l'objet mobile ou au contraire immobile
  • Modifier chacun des composants
Sensibiliser
 
  • Rendre plus agréable à l'œil (vue)
  • Rendre plus agréable à l'oreille (ouïe)
  • Rendre plus agréable/attractif au nez (odorat)
  • Rendre plus agréable sous la main (toucher)
Télécharger le document de présentation du concassage (en format pdf)

Les mots inducteurs ou l'association

Ce procédé, mettant en "relation forcée" un problème avec une série de mots riches de sens, fait appel à une autre mécanique du cerveau : la combinaison.
Des objets ou services "se superposant", par hasard ou non, peuvent donner naissance à de nouvelles idées de produits, services ou principes.

La méthode des mots inducteurs permet :

  • d'exposer un problème au groupe de travail et de vous mettre d'accord sur une formulation synthétique sous forme de question commençant généralement par "comment ?" ;
  • de choisir, au hasard, trois mots inducteurs dans une liste créée à cette fin.

Cette démarche consiste à analyser les associations d'idées, les jeux de mots, les significations que ces mots inspirent, etc. Toutes les possibilités de mises en relation doivent être multipliées avec le sujet traité.
Si le résultat ne vous satisfait pas pleinement, n'hésitez pas à recommencer avec une nouvelle série de trois mots.

Téléchargez le document de présentation de la technique des mots inducteurs pour imaginer le principe d'un produit nouveau, en cliquant ici.

La matrice de découverte

La matrice de découverte est un tableau à double entrée permettant de confronter ou de combiner des éléments, apparemment pas voués à coexister. En effet, forcer des rencontres peut faire naître de nouvelles idées.

Exemple :

 

Compétence

professionnelle 1

Compétence

professionnelle 2

Compétence

professionnelle 3

Savoir-faire

extra-professionnel

Difficulté observée        
Carence constatée        
Problème vécu        
Désir personnel        
...        

 

Pour exploiter cette technique, il faut, tout d'abord :

  • observer : votre vie quotidienne (repérage de difficultés ou d'anomalies dans la vie de tous les jours), votre milieu professionnel (repérage de carences ou de dysfonctionnements dans la "chaîne de production" sans qu'il y ait de solution proposée par le marché) ou de façon plus générale, tout ce qui ne relève pas des deux premières formes d'observation.
  • réfléchir à votre "projet personnel de créateur" soit une mise en évidence de vos motivations et de vos objectifs personnels.

L'espace de consommation

Pour trouver de nouvelles idées de création, vous pouvez également utiliser la technique de l' "Espace de consommation". Un tableau permettant de définir un produit ou un service existant et vendable selon tous ses critères commerciaux.

La modification d'un des paramètres peut alors donner naissance à :

  • un produit nouveau ou à une activité nouvelle ;
  • un produit ou un service modifié pour l'adapter à un autre marché.

Par exemple, nombre de produits pour adultes ont été adaptés pour toucher le marché des enfants, (ex : console de jeux électroniques dès 18 mois).

Cette technique ne peut s'utiliser qu'à partir d'une activité ou d'un produit existant.

 

Produit ou service existant

Personnes /utilisateurs
  • bébé / enfant
  • adolescent
  • adulte / personne âgée
  • actif / retraité…
  • homme / femme, etc.
Besoins
  • sécurité / santé
  • hygiène / calme
  • gain de temps
  • information
  • rentabilité
  • commodité / confort
  • nouveauté, etc.
Actions
  • professionnelles
  • domestiques
  • détente / loisirs
  • repos
  • alimentation
  • culture
  • sport
  • voyage, etc.
Temps
  • moment précis
  • moment du jour
  • moment de la nuit
  • jour de la semaine
  • mois
  • saisons, etc.
Lieu
  • lieu public
  • habitation
  • circulation
  • promenade
  • travail
  • jardin
  • villégiature, etc.

 

Le mind mapping

Le mind mapping, en français la carte heuristique (aussi appelée carte cognitive, carte mentale ou encore carte des idées) est un schéma, supposé refléter le fonctionnement de la pensée, et d'illustrer son cheminement associatif.

C'est une technique de créativité à réaliser en groupe de 5 à 7 personnes. Elle vise à représenter une hiérarchie temporaire d’un objet ou concept, sous forme de plusieurs arborescences.
L’objectif de cette technique est de faire émerger le plus grand nombre d’idées puis de les structurer pour en dégager une idée de création.

Pour créer une carte mentale, vous commencez par écrire votre idée principale au milieu d'une page, puis vous dessinez des branches qui partent de cette idée pour représenter des sous-thèmes ou des idées connexes. À partir de chaque branche, vous pouvez ajouter des branches supplémentaires pour explorer davantage les idées associées.

Le focus groupe ou groupe de discussion

Le focus groupe permet de faire émerger de nouvelles idées en faisant participer un groupe de consommateurs ou de clients à une étude qualitative. 

Cette technique est notamment utile pour recueillir leurs attentes et rendre ainsi un produit, un outil ou un process plus attractif à la vente. Elle peut également permettre d’identifier un nouveau besoin. 

Pour créer une dynamique de groupe, vous devez idéalement réunir 5 à 10 personnes aux profils homogènes, afin d’explorer et stimuler les différents points de vue par la discussion.  

Pour mettre en œuvre un focus groupe  : 

  • préparez vos thématiques et vos questions au préalable sous forme de guide d’entretien ; 
  • favorisez les échanges collaboratifs et constructifs ; 
  • assurez-vous lors de l’atelier que chacun puisse s’exprimer comme il l’entend, en donnant la parole et en recadrant les débats quand c’est nécessaire ; 
  • recueillez et analysez les données.

 

Pour aller plus loin, lire aussi "14 pistes pour trouver une idée de création"

Créez votre Pass Créa
La boite à outils qui va vous aider à construire votre projet de création d'entreprise de A à Z.