Aller au contenu principal
Bpifrance Création

Préparez-vous à réussir votre création d’entreprise

Crédits bancaires à court terme

Les crédits à court terme ont une durée inférieure à un an et ont pour objet d'assurer l'équilibre de la trésorerie de l'entreprise. Ils servent, par exemple, à couvrir un temps de stockage, un délai de fabrication ou un délai de paiement consenti aux clients et permettent ainsi de faire face aux dépenses courantes de l'activité (salaires, loyers, etc.).
On distingue principalement :
- les crédits de trésorerie : facilité de caisse, découvert, crédit de campagne,
- les crédits de mobilisation de créances : escompte, cession Dailly, affacturage.

Coronavirus COVID-19 : mesures prises concernant la trésorerie des entreprises

Pour soutenir les entreprises dont l’activité est impactée par le coronavirus, le gouvernement et Bpifrance ont mis en place une série de mesures et un accès dédié pour les renseigner et les orienter pour traiter leurs problèmes de trésorerie.

  • Le Prêt garanti par l'Etat à 90 %
  • Octroi de la garantie Bpifrance jusqu'à 90 % de leur montant, pour les prêts de trésorerie accordés par les banques privées françaises aux entreprises affectées par les conséquences du Coronavirus.
  • Prolongation des garanties classiques des crédits d’investissement, pour accompagner les réaménagements opérés par les banques, sans frais de gestion.
  • Réaménagement des crédits moyen et long terme pour les clients Bpifrance, les rééchelonnements se feront automatiquement.
  • Mise en place de nouveaux prêts délivrés par Bpifrance pour permettre aux entreprises de faire face à cette crise sans précédant : le prêt Atout et le prêt Rebond
Thumbnail


En savoir plus sur les mesures exceptionnelles de soutien aux entreprises mises en place par Bpifrance

Les crédits de trésorerie

  •  La facilité de caisse

Objet

Autorisation de découvert limitée dans le temps (quelques jours seulement dans le mois) pour couvrir les décalages de trésorerie ponctuels, momentanés et de faibles montants. 
Ce type de financement concerne surtout des situations exceptionnelles, des imprévus.
Forme

Contrat écrit d'autorisation de découvert précisant ses conditions d'utilisation : durée (inférieure à 15 jours), montant maximal et taux d'intérêt (agios), etc.

Coût

Versement d'intérêts (agios) proportionnels à la somme utilisée et à la durée du découvert. Généralement le taux est variable et dépend de la marge prise par l'établissement bancaire. Aux intérêts s'ajoutent des frais et commissions.

  • Le découvert autorisé

Objet

Autorisation de découvert accordée sur une période définie (généralement un an) pour couvrir des décalages de trésorerie réguliers.
L'entreprise est autorisée à avoir un compte débiteur jusqu'à un montant maximal accordé par la banque.
Forme

Contrat écrit précisant les conditions d'utilisation de ce découvert : durée, montant (déterminé par les besoins d'exploitation) et taux d'intérêt (agios), etc.

L'autorisation de découvert n'a pas d'échéance fixe. Elle est accordée généralement pour 1 an. Toutefois la banque peut résilier le contrat à tout moment à condition de vous en donner les raisons et de respecter un préavis de 60 jours (loi n°2009-1225 du 19 octobre 2009).

Coût

Versement d'intérêts proportionnels à la somme utilisée et à la durée du découvert. Les décomptes sont trimestriels et les agios (intérêts) font l'objet d'une facturation détaillée. Aux intérêts s'ajoutent des frais et commissions.

​​​​​​Attention : les banques sont vigilantes sur la situation financière de l'entreprise lors de l'octroi d'une autorisation de découvert pour ne pas être accusées de financer abusivement des entreprises défaillantes.

  • Le crédit à court terme

    Objet

    Prêt accordé à l'entreprise pour répondre à des situations provoquant des décalages de trésorerie plus importants ou plus longs.
    Ces décalages peuvent provenir par exemple d'un accroissement exceptionnel d'activité ou à un cycle d'exploitation particulier (saisonnier par exemple).
    Forme

    Contrat écrit précisant les conditions d'utilisation : durée, montant, taux d'intérêt, mode de remboursement, conditions de renouvellement, etc.

    Coût

    Versement d'intérêts proportionnels à la somme utilisée et à la durée du crédit.  L'entreprise peut commencer à rembourser dès lors qu'elle perçoit ses premières rentrées de fonds à la suite des ventes.

    • Le crédit de campagne (crédit à court terme pour les entreprises saisonnières)

    Objet

    Prêt accordé à l'entreprise pour couvrir une activité saisonnière.
    Ce type de crédit à court terme permet de répondre à ses besoins de trésorerie pendant la période creuse.
    Forme

    Contrat écrit précisant les conditions d'utilisation : durée, montant, taux d'intérêt, mode de remboursement, conditions de renouvellement, etc.

    Coût

    Versement d'intérêts proportionnels à la somme utilisée et à la durée du crédit.

    Attention : Pour le banquier il s'agit d'un crédit très risqué puisqu'il est fondé sur une vente future (donc hypothétique) de marchandises. Il peut donc demander le nantissement du stock de marchandises en garantie.

    Les crédits de mobilisation de créances

    • L'escompte

    Objet

    Opération de crédit permettant à l'entreprise d'obtenir le paiement anticipé de créances par le versement d'une avance immédiate.

    Dans la pratique, l'entreprise qui accorde des délais de paiement à ses clients, émet une lettre de change payable à une certaine échéance et la fait signer à son client pour acceptation. Si la banque l'accepte, elle verse l'argent sur le compte de l'entreprise par anticipation, déduction faite d'intérêts et frais de gestion.
    Forme

    Ce crédit prend la forme d'un contrat de ligne d'escompte accordée par la banque avec un encours maximum et des conditions tarifaires négociées.
    La banque, après acceptation de la lettre de change en devient propriétaire et se fait payer par le client à l'échéance prévue. 
    La banque peut demander à l'entreprise une garantie ou de souscrire une assurance-crédit à son profit. 

    Attention : en cas d'impayé et en l'absence de garantie ou d'assurance-crédit, la banque se retourne contre l'entreprise, débite de son compte le montant de la lettre de change et lui retourne cette dernière. L'entreprise peut alors poursuivre son client. 

    Coût

    La banque prélève différents frais : des intérêts (agios) sur la période entre le dépôt à la banque et l'échéance ainsi que des frais et commissions de différentes natures.

    •  Cession Dailly

    Objet

    L'objet est identique à celui de l'escompte, c'est-à-dire anticiper une recette par une avance immédiate réalisée par la banque.

    Mais à la différence de l'escompte, le transfert de propriété se fait sans l'intervention du client (qui peut ne pas avoir connaissance de ce transfert s'il n'a pas reçu de notification). L'avantage pour l'entreprise réside dans le gain de temps. Par ailleurs, cette forme de crédit est accessible aux entreprises qui ne peuvent émettre d'effets de commerce sur leurs clients (entreprises publiques ou para-publiques par exemple).

    Forme

    Remise d'un bordereau (dit Dailly) comprenant les mentions suivantes :
    - la mention "acte de cession de créance professionnelle"
    - la date
    - la signature du cédant
    - la nature de l'opération
    - la liste des créances (avec la dénomination de chaque client)

    Après traitement, la banque octroie un crédit en contrepartie de ces factures par exemple sous la forme d’une ligne de crédit sur un compte spécifique dédié, ou d’un découvert autorisé garanti par les créances.

    Coût

    Versement d'intérêts (calculés sur la période couvrant le transfert à l'échéance) et de commissions

    Autres solutions de financement à court terme

    Il existe d'autres formes de crédit finançant les besoins de l'exploitation :

    • L'affacturage, qui fait intervenir une société spécialisée appelée "factor" qui achète la créance et se charge elle-même de son recouvrement.
       
    • Le crédit de préfinancement de marchés publicsBpifrance propose notamment Avance+, un dispositif de mobilisation de créances commerciales
       
    • Les avances sur marchandises (crédit sur stock gagé) pour le financement d'un stock. La banque, en contrepartie de son financement, prend en garantie les marchandises qui lui sont remises en gage par l’entreprise. 
       
    • La mobilisation de créances nées sur l'étranger (ou "Dailly étranger"),
       
    • Les crédits par signature (ex. : caution bancaire pour marché public ou privé) : la banque s'engage par écrit à remplir les obligations contractées par son client envers des tiers au cas où il serait défaillant.
    mars 2020
    Publicité