Aller au contenu principal
Bpifrance Création

Préparez-vous à réussir votre création d’entreprise

Ai-je bien le profil pour devenir entrepreneur ?

Tout le monde peut devenir chef d’entreprise : salarié, chômeur, retraité… et même mineur. Car il n’y a pas de profil-type de l’entrepreneur.  
A quoi ressemble le chef d’entreprise français ? Souvent un homme (et oui, les femmes créatrices sont encore minoritaires), quadragénaire, il n’a pas forcément eu l’idée du siècle. Sa mise de départ est souvent modeste, il n’est pas systématiquement bardé de diplômes et n’a pas forcément beaucoup d’expérience professionnelle.
Cette réalité une fois posée doit vous encourager à créer votre entreprise quel que soit votre profil. Rappelez-vous : enfant, déjà, vous aimiez revendre vos vieux jouets aux camarades du quartier !
Au-delà de vos aptitudes d’entrepreneur, découvrez les obligations juridiques et fiscales ainsi que les avantages de certaines situations particulières. 

Demandeur d’emploi, on vous aide à devenir entrepreneur

Pôle emploi considère votre démarche de création d’entreprise comme une recherche active d’emploi. Son soutien est toutefois différent si vous êtes indemnisé ou si vous ne l’êtes pas.

  • Vous êtes indemnisé.

Plusieurs solutions s’ouvrent à vous
 
1/ Des conseillers de Pôle emploi ou des prestataires vous accompagnent pour faire avancer votre projet de création d’entreprise. Il s’agit:
- d’ateliers : S’imaginer créateur, Mon projet de création et moi
- du dispositif Activ créa
 
Vous avez toujours rêvé de devenir boucher ou de travailler dans l’édition mais vous ne connaissez pas du tout la réalité de ce métier ou de ce nouveau secteur ? Une  immersion professionnelle en entreprise vous est proposée.
Et pour les cadres, l’Apec propose des programmes d’accompagnement spécifiques à la création d’entreprise.
 
2/ Vous avez besoin d’un capital pour lancer votre activité.
Demandez à Pôle emploi le versement d’une aide financière dénommée ARCE, égale à 45 % des droits qui vous restent dus à la date de création de votre activité. Cette aide vous sera versée en 2 fois : 50 % à la création et 50 % 6 mois plus tard.

3/ Vous préférez percevoir vos allocations chômage pendant la phase de lancement de votre activité
C’est sécurisant ! Une fois votre entreprise créée, vous continuez de toucher tout ou partie de vos allocations chômage. 

  • Vous n’êtes pas indemnisé :

Pole Emploi vous propose des prestations d’accompagnement similaires aux demandeurs d’emploi indemnisés
Si vous avez démissionné pour créer votre entreprise, vous pourrez à compter du 1er novembre 2019, percevoir, sous certaines conditions, des allocations chômage.

Un salarié peut créer son entreprise

Tout salarié est tenu à une obligation de loyauté vis à vis de son employeur, s'accompagnant d'une obligation de fidélité, de discrétion, de réserve et de non concurrence ! Par conséquent, la première chose à faire est d’examiner votre contrat de travail. Vérifiez qu’il ne contient pas de clause de non concurrence ou d’exclusivité. Dans le cas inverse, faites appel à avocat spécialisé qui va analyser si votre clause de non concurrence est bien valable.
 
Sous certaines conditions d’ancienneté vous avez le droit de demander à votre employeur un congé, un temps partiel pour création/reprise d’entreprise ou un congé sabbatique.

Démissionner pour créer son entreprise

La réforme de l’assurance chômage prévoit en effet qu’à compter du 1er novembre 2019, tous les salariés démissionnaires ayant au moins 5 ans d'activité continue chez un ou plusieurs employeurs pourront prétendre à une indemnisation au titre de l’assurance chômage sous réserve de justifier d’un projet professionnel. La création ou la reprise d’une entreprise en fait partie.

Et si vous ne remplissez pas les conditions requises, pour pourrez prétendre en cas d’échec, à des allocations chômage, si vous vous inscrivez à Pôle emploi dans un délai de 36 mois suivant la fin de votre ancien contrat de travail et là encore sous certaines conditions.

Moins de 18 ans et déjà entrepreneur

A 16 ans, vous avez le droit de diriger une entreprise unipersonnelle sous une des formes suivantes : EIRL (Entreprise individuelle à responsabilité limité), EURL (SARL à un seul associé) ou SASU (SAS à un seul associé). Vous devez toutefois obtenir l’autorisation de vos parents.
Si vous êtes mineur émancipé, c’est-à-dire à la suite d’une décision du juge des tutelles ou à la suite d’un mariage, votre statut se rapproche du créateur classique. Vous bénéficiez alors d’un plus grand éventail de choix quant au statut juridique de votre entreprise.

La franchise, pourquoi pas ?

Un franchisé est d’abord un chef d’entreprise. Séduisante, la franchise implique de nombreux avantages mais comporte quelques inconvénients qu’il vaut mieux  connaître avant de se lancer.