Aller au contenu principal
Bpifrance Création

Préparez-vous à réussir votre création d’entreprise

Je rachète des titres de société : les formalités spécifiques

Reprendre des titres d’une société existante est une forme de reprise d’entreprise. Même si vous ne créez pas à proprement parler une nouvelle société, des démarches et formalités vont s’imposer à vous.

Les démarches et formalités que vous aurez à réaliser

  • Signer le protocole d'accord

C’est l'acte juridique le plus important de l'opération de reprise d'entreprise : il matérialise les accords que vous venez de négocier.   

  • Informer préalablement votre conjoint

En SARL et en SNC, si vous êtes marié sous un régime de communauté, vous devez informer votre conjoint de votre intention de rachat. Ceci devra être indiqué dans l’acte de cession des parts. 
En SA ou en SAS, aucune information préalable n’est imposée.

  • Rédiger l’acte de cession

Sur la base du protocole d’accord, cet acte définitif peut ne représenter qu'une "formalité". Toutefois, au vu de ses implications juridiques importantes, l’intervention de professionnels du droit (notaire ou avocat) est très vivement recommandée.
En SARL ou en SNC, la rédaction d'un écrit est obligatoire.
En SA ou en SAS, les cessions d'actions peuvent être constatées par simple virement de compte à compte, mais un écrit est conseillé.

  • Signer l’acte de cession

Là encore, la présence d'un notaire n’est pas obligatoire, la vente pouvant être constatée par acte dit "sous seing privé", mais elle est très vivement recommandée. 

  • Modifier les statuts ou le registre de mouvement

En SARL ou en SNC, les statuts de la société doivent ensuite être mis à jour pour présenter la nouvelle répartition des parts sociales.
En SA ou en SAS, la société doit inscrire les actions achetées à votre compte puis mettre à jour le registre des mouvements. Les statuts ne doivent pas, dans ce cas, être mis à jour.

  • Enregistrer la cession auprès du Service des impôts des entreprises (SIE)

Dans le mois qui suit la signature de l'acte de cession, vous (ou le cédant) devez l’enregistrer auprès du Pôle Enregistrement du Service des impôts des entreprises et acquitter des droits de mutation (ou droits d’enregistrement), sauf si l’acte prévoit un partage de ces frais ou une prise en charge par le vendeur.
En SA ou en SAS, si la cession n’a pas été constatée par un acte, vous devez utiliser le formulaire n°2759.

  • Déposer les statuts mis à jour au registre du commerce et des sociétés

En SARL et en SNC, vous devez ensuite et dans le mois qui suit la signature de l'acte, déposer au greffe du tribunal de commerce un exemplaire de l'assemblée générale extraordinaire de modification de la répartition des parts sociales et un exemplaire des statuts modifiés, datés et certifiés conformes par le représentant légal. Le greffe demandera alors une publication au BODACC.
En SAS et SA, le dépôt des statuts n’est pas requis.

  • Réaliser les formalités auprès du centre de formalités des entreprises (CFE)

En rachetant des titres d’une société existante, vous ne créerez pas une nouvelle entreprise. Toutefois, vous devez effectuer une formalité auprès du CFE afin de faire enregistrer la cession de titres et les éventuelles modifications de capital social ou de gérance.
Rapprochez-vous de votre CFE pour connaître le détail de la formalité à réaliser en fonction de votre situation !

  • En cas de crédit vendeur, déclarer le contrat de prêt

Le crédit-vendeur est une technique de financement qui consiste, pour le cédant, à ne recevoir comptant qu’une partie du prix de vente et à faire crédit à l'acquéreur pour le solde.
Si c’est votre cas, et si cela n’a pas été réalisé par votre notaire, vous devrez déclarer ce prêt au service des impôts.

  • Et enfin

En fonction de votre situation, d’autres démarches peuvent également devoir être réalisées.

Et côté vendeur...

Avant la vente, le vendeur aura dû, le cas échéant, obtenir un agrément des autres porteurs de titres de la société et informer ses salariés de son intention de vente.

Dans le mois qui suit la signature de l'acte de cession, le cédant doit le notifier à la société.

janvier 2019