Aller au contenu principal
Bpifrance Création

Préparez-vous à réussir votre création d’entreprise

Reprendre l'entreprise familiale : quelles précautions prendre ?

Vous avez un ou des parents entrepreneurs ? Avez-vous envisagé de reprendre l’entreprise familiale ?
Cette forme de reprise est souvent un gage de pérennité de l'entreprise. Mais attention, elle peut également être source de conflits ou signer la fin de l'indépendance de l'entreprise. Des précautions doivent être prises.

Reprendre l’entreprise familiale présente de nombreux atouts

  • L'entreprise familiale offre généralement une meilleure résistance aux crises grâce à sa continuité et à sa vision à long terme qui l'ancrent dans le territoire et assurent sa pérennité.
  • Les relations cédant et repreneur étant fondées sur la confiance et la loyauté, le chef d'entreprise est soucieux de laisser à son successeur un outil opérationnel et en bon état.
  • Quand il y a cession (fonds de commerce ou rachat de titres de société), la vente se fait souvent dans de bonnes conditions au regard de la situation du cédant comme du repreneur.
  • Quand il y a transmission par donation ou succession, des dispositions fiscales existent permettant de bénéficier d'une exonération de droit de mutations sous certaines conditions.

Mais ce type de reprise présente également des difficultés qu’il ne faut pas ignorer

Elles se situent majoritairement sur le plan psychologique : personnalités du cédant et du repreneur, adaptation à la nouvelle direction par les salariés et les partenaires de l'entreprise, motivation du repreneur, désengagement du cédant, etc.

Le poids de l'héritage familial peut sembler lourd. En reprenant cette entreprise, vous pouvez vous sentir investi d’une obligation d’assurer la pérennité de l'affaire familiale, la faire fructifier, ne pas réduire à néant le travail de toute une vie, continuer l'œuvre de la génération précédente, ne pas décevoir...

Par ailleurs, la passation des pouvoirs peut dans certains cas s'avérer difficile. Vous devrez vous imposer en tant que "patron" et gagner la confiance des salariés, des clients et des autres partenaires de l'entreprise (fournisseurs, banques, etc.).

Quelques conseils si vous envisagez de reprendre l'entreprise familiale

Les questions à vous poser Les conseils de Bpifrance
Vous sentez-vous prêt et savez-vous ce qui vous attend ?

Ce sera le cas si vous travaillez déjà dans l'entreprise familiale.
Mais dans le cas contraire, n'hésitez pas à faire un bilan de compétences et à suivre une formation spécifique à la reprise. Essayez par ailleurs de vous familiariser avec l'entreprise et son environnement plusieurs mois avant la reprise effective.

Prenez votre temps. Même si vous travaillez déjà dans l'entreprise, l’opération ne doit pas se réaliser dans la précipitation.
Si possible, prévoyez une phase transitoire avec éventuellement une formation à la reprise, un rachat progressif des parts, une location gérance, etc.

L'entente au sein de la famille est-elle bonne ?

Les relations existant entre la famille et l'entreprise sont étroites : des relations tendues peuvent être source de conflits et limiter les prises de décisions rationnelles.

Ne cédez pas à la pression familiale et ne vous lancez pas dans un tel projet si vous ne vous sentez pas l'âme d'un dirigeant ou si vous avez envie de mener une autre carrière.

La transmission a-t-elle été préparée ?

Votre parent a-t-il commencé à vous déléguer une partie de ses pouvoirs ?
A-t-il rassuré les salariés en les tenant régulièrement informés de l'avancée du projet et en leur expliquant votre stratégie ?
Si la reprise doit être largement anticipée, la période active de la succession ne doit pas être trop longue, au risque pour vous de rencontrer des difficultés à vous imposer. II ne peut pas y avoir plusieurs patrons en même temps !
La réalisation d'un bilan patrimonial a-t-elle été envisagée ?

Le choix du mode juridique de reprise (donation, donation-partage, vente, apport à une holding) est lourd de conséquences sur le plan fiscal.
Il est impératif de consulter longtemps à l'avance notaire et conseillers patrimoniaux et de s'appuyer sur un avocat du droit des affaires.

Si vous avez des frères et sœurs, réfléchissez avec eux à la répartition future du patrimoine familial pour éviter des querelles ultérieures.

S'il s'agit d'une entreprise importante, prévoyez de rédiger un "protocole familial" (ou "pacte de famille") arrêtant les règles qui régiront les relations futures entre la famille et l'entreprise.

avril 2019