Aller au contenu principal
Bpifrance Création

Préparez-vous à réussir votre création d’entreprise

Les intermédiaires en cession et acquisition d'entreprise

Le terme "intermédiaire" recouvre ici, de façon générique, les acteurs du marché de la transmission et reprise d'entreprise ayant pour vocation de mettre en relation vendeurs et acheteurs au sens large, c'est à dire avec ou sans prestations de conseil, gratuitement ou non. On peut les classer en 3 familles : les réseaux de soutien et d'accompagnement, les cabinets d'intermédiation, les professionnels intervenant occasionnellement. 

Les réseaux de soutien et d'accompagnement à la transmission et reprise d'entreprise

En plus de leurs missions de sensibilisation et d'information, les réseaux de soutien et d'accompagnement sont en mesure de proposer des offres de cession d'entreprise aux futurs repreneurs et les mettre en relation avec les chefs d'entreprise souhaitant céder leur activité.

  • Les chambres de commerce et d'industrie (CCI), les chambres de métiers et de l'artisanat (CMA) et les chambres d'agriculture (CA)

Les CCI et CMA sont présentes dans toute la France et possèdent des fichiers d'entreprises à céder publiés sur le site internet : bourse transmission Bpifrance. Les chambre d'agriculture favorisent la transmission des exploitations agricoles en mettant en relation les porteurs de projet à l’installation individuelle ou collective et les exploitants désireux de trouver un repreneur ou un associé grâce au dispositif RDI (Répertoire Dispositif Installation).

Consultez toutes les prestations de services en matière de transmission et reprise d'entreprise :
- Voir l'offre des CCI 
- Voir l'offre des CMA 
- Voir l'offre des CA 
  • Les organisations professionnelles

Les organisations professionnelles (fédérations et syndicats patronaux) s'efforcent d'assurer la pérennité des entreprises et de régler les problèmes de transmission d'entreprise, parfois cruciaux pour l'avenir de toute une filière.

Elles offrent souvent un service spécifique de mise en relation entre cédants et repreneurs d'entreprise. C'est le cas par exemple de la FFB (Fédération française du bâtiment), du CNPA (Conseil national des professionnels de l'automobile), de l'UMIH (Union des métiers et des industries hôtelières), de la Fédération des industries mécaniques.

  • Les clubs de repreneurs d'entreprise

De nombreuses structures, et parmi elles les chambres consulaires (CCI et CMA), ont mis en place des "clubs de repreneurs d'entreprise", prenant le relais des réseaux sociaux existant sur internet pour faciliter la rencontre physique entre les cédants et les candidats à la reprise d'entreprise à travers des réunions thématiques. On peut citer comme exemple  : le club des repreneurs CCI Paris Ile-de-France.

Les clubs de repreneurs d'entreprise les plus connus sont le CRA (Cédant et Repreneurs d'Affaires) et le Clenam (CLub ENtrepreneurs Arts et Métiers), qui organisent conjointement des soirées-conférences, données par des experts sur des thèmes liés à la reprise d'entreprise, à l'attention des repreneurs, au siège de la Maison des arts et métiers à Paris.

Les cabinets d'intermédiation spécialisés en transmission et reprise d'entreprise

Des structures spécialisées dans certains secteurs proposent également des services spécifiques pour la mise en relation des cédants avec des candidats à la reprise d'entreprise. C'est le cas par exemple des mandataires en vente de fonds de commerce, des spécialistes en fusions/acquisitions de PME, etc.

  • Les mandataires en vente de fonds de commerce

Ils sont souvent également agents immobiliers. Ils utilisent donc le système de rémunération (un pourcentage du bien vendu) et les méthodes de recherche de vendeurs et d'acheteurs (agences commerciales, bulletins, annonces de cession d'entreprise sur internet, etc.).
Ils sont tenus de respecter les termes de la loi Hoguet qui les oblige à détenir une carte préfectorale délivrée à condition de justifier de son aptitude professionnelle et d'une garantie financière suffisante. 
Leur mission est conditionnée par la signature d'un mandat de leur client.
Ils interviennent soit pour des transactions de petites tailles d'entreprise (boutiques, fonds de commerce et artisanaux), soit dans le cadre de reprises d'entreprise dans des secteurs d'activités spécifiques (par exemple les boulangeries, les débits de tabac/presse, etc.).
Parmi eux, certains proposent une gamme de services plus large que la mise en relation entre cédants et repreneurs d'entreprise en offrant un accompagnement personnalisé à leurs clients.

  • Les départements spécialisés de "fusions et acquisitions d'entreprise" des banques traditionnelles

Les banques d'affaires ou les départements d'ingénierie des banques commerciales à réseau, nationales ou régionales, ainsi que les cabinets d'audit prennent en charge des missions de conseil à la vente de PME. Elles sont susceptibles de prendre en considération des offres de reprise émanant de repreneurs, si elles apparaissent suffisamment sérieuses et finançables par des partenaires financiers.
Il est conseillé de s'adresser aux banques de sa région plutôt qu'aux sièges nationaux ; les bases de données ne sont pas accessibles aux repreneurs, mais aux chargés d'affaires "entreprises" des banques.

  • Les cabinets en fusion et acquisition d'entreprise

Les conseillers en fusion et acquisition d'entreprise sont également gouvernés par la loi Hoguet et ont souvent un statut de conseil en investissement financier (CIF) qui vise à sécuriser les services liés à l'investissement.
Voir l'annuaire des cabinets en fusion/acquisition du Fusacq et consultez les membres du CNCFA (syndicats des fusions et acquisitions d'entreprise).

Les autres professionnels pouvant intervenir occasionnellement

Bien que ce ne soit pas leur activité principale, les conseillers habituels de l'entreprise (avocats, notaires, experts-comptables, commissaire aux comptes, assureurs, banques) interviennent également dans la mise en relation entre vendeurs et acheteurs, dans une logique d'accompagnement de leur clientèle.

Les administrateurs judiciaires et les mandataires liquidateurs peuvent également être une source d'informations pour reprendre des entreprises en difficulté.

Infographie : les 10 étapes clés de la reprise d'entreprise

juin 2020
Publicité